Qui se ronge les ongles aujourd'hui et pourquoi ?

Sondage exclusif Skin Nail / Seprem Etudes

Onychophagie : attitude compulsive consistant à se ronger les ongles - parfois jusqu'à la racine des phalanges - souvent provoquée par le stress et l'anxiété. L'onychophagie est une véritable maladie à la fois physique et sociale : physique, car provoquant des microlésions cutanées répétées ouvrant la voie aux infections locales ; sociale, car l'onycophage a du mal à assumer des mains abîmées, ce qui peut se traduire par des conduites agressives ou d'isolement du monde extérieur, renforcées par la difficulté à arrêter.

Si le fait de se ronger les ongles est une attitude très répandue, aucune étude n'avait jusqu'à aujourd'hui été réalisée pour connaître le pourcentage et les catégories de Français concernés ainsi que les raisons de l'onychophagie.

A l'initiative de SKIN NAIL, traitement anti onychophagie à base d'extraits naturels de Quassia, SEPREM ETUDES a réalisé un sondage (1) dont les résultats donnent des informations inédites sur une pathologie de société très répandue.

Qui se ronge les ongles ?

Près d'un Français sur trois (32,7 %) est ou a été concerné par l'onychophagie.

La pratique de l'onychophagie diffère fortement selon les sexes, âges, et situations familiales.

Pourquoi se ronge-t-on les ongles ?

Le travail est actuellement la première raison de se ronger les ongles (26,5 %), suivi à quasi égalité par le pouvoir d'achat, les enfants, la conjoncture économique.

Viennent ensuite les amours, les parents et, en dernier le manque de cigarettes.

Qui veut arrêter ?

10,3 % des Français qui se rongent les ongles essaient d'arrêter.

61,2 % sont des femmes mais le désir d'arrêter varie profondément selon l'âge et la situation familiale.

Télécharger l'étude complète

Téléchargez l'étude complète au format PDF (nécessite Adobe Reader).
Téléchargez le communiqué de presse au format PDF (nécessite Adobe Reader).

(1) Méthodologie : L'enquête Skin Nail / Seprem Etudes a été réalisée par téléphone en exclusivité pour Aclaé Santé auprès d'un échantillon de 1001 personnes, représentatif de la population française de 15 ans et plus, selon la méthode des quotas.